Pourquoi le cartable de mon enfant est trop lourd?

 Bonjour et bienvenue sur la chaîne de Fred le kiné ! Aujourd’hui et c’est d’actualité puisque nous sommes le 1er septembre, nous allons parler du port du cartable à l’école.

 

On sait que le mal de dos chez les enfants peut être lié au port du cartable. Dans cet audio, nous allons présenter les bons reflexes que vous devez avoir dès la rentrée par rapport au port de cartable de votre enfant.

Bien se tenir

Premier conseil que je peux vous donner, apprenez à votre enfant avec le cartable à bien se tenir, c’est-à-dire à bien corriger le port de sa colonne vertébrale, c’est-à-dire en gardant un dos bien droit. Surtout ne pas se vouter en avant et bien évidemment se cambrer en arrière, c’est-à-dire que la colonne vertébrale doit rester bien droite pour éviter des problèmes au niveau principalement des lombaires.

port du cartable et mal de dos

Réglez les bretelles du cartable

Deuxième conseil, les bretelles du cartable doivent être correctement positionnées et bien évidemment, il ne faut pas que ça soit trop serré.

Positionnez la partie inferieure du cartable

Troisième conseil, la partie inférieure de votre cartable doit être positionnée au niveau de la partie supérieure du pantalon et ne pas descendre plus bas. C’est-à-dire pratiquement au niveau de la ceinture pour avoir un bon maintient au niveau de la colonne vertébrale.

Sensilisez vos enfants pour un cartable léger

Quatrième conseil, essayez de sensibiliser votre enfant et également les profs à ce que votre enfant n’emmène uniquement que le stricte nécessaire pour sa journée. Il est bien évident que plus le cartable sera lourd, plus il y aura, plus vous amènerez des contraintes au niveau de la colonne vertébrale. Donc bien apprendre à votre enfant à organiser sa journée scolaire pour prendre vraiment le minimum et peut être s’associer avec un autre camarade pour qu’ils se partagent les livres. Comme ça il y en aura toujours un qui aura le livre approprié pour le cours approprié.

Pas de cartable à roulette

Ensuite c’est le dernier conseil, méfiez vous des objets  à la mode, notamment les cartables roulants qui eux aussi vont entrainer des pathologies au niveau vertébral. Puisque si vous observez votre enfant, vous verrez que la plupart du temps il va prendre son cartable roulant toujours de la même main, donc entrainer des dissymétries au niveau de la colonne vertébrale. Et la deuxième chose qui peut entrainer des problèmes c’est qu’il est toujours en train d’avoir le cartable qui est légèrement derrière lui. Et là aussi il va entrainer des rotations de la colonne vertébrale, mais également des pathologies d’épaules avec des tendinites au niveau des épaules.

lombalgie cartable

Donc encore une fois, l’idéal c’est le cartable classique à l’ancienne avec la mise en place de ces quelques conseils. C’est-à-dire ne pas trop serrer les bretelles du cartable, mettre le cartable pour qu’il arrive au niveau de la ceinture du pantalon, pas trop bas sinon vous allez engendrer des problèmes. Troisième chose, apprenez à votre enfant à organiser son cartable en prenant le minimum de choses. Et la dernière chose, méfiez vous de ces cartables avec roulettes qui ne sont vraiment pas de bonnes indication pour la bonne santé de la colonne vertébrale de votre enfant.

 

Mal au dos, bougez? Vous êtes sur?

 Bienvenue sur la chaine de Fred le Kiné ! Aujourd’hui dans cet audio, je vais vous expliquer pourquoi il ne faut pas forcément bouger pour diminuer les douleurs de dos.

MAL DE DOS, IL FAUT VRAIMENT BOUGER

Les campagnes de la CPAM et de la sécurité sociale vous assaillent tous les jours en vous disant « bougez pour calmer et pour soigner les douleurs de votre dos ». Ce slogan balancé sur toutes les chaines de radio, balancé sur tous les arrêts de bus essayent de vous sensibiliser sur le bienfait du mouvement. C’est sûr, le mouvement va vous permettre de soigner et de favoriser la mobilité de votre colonne vertébrale. Nous sommes tous bien d’accord là-dessus et l’ensemble des recherches scientifiques le prouve.

Mais je voudrais ajouter un petit bémol à ce slogan qui peut vous entrainer vers des aggravations de la douleur. Alors oui, bouger c’est possible mais il faut mettre en place certaines conditions pour ne pas tomber sur des lombalgies chroniques. Alors quand on parle de mouvement, on parle à des gens qui ont déjà mal au dos. Donc par rapport à ça, il faut prendre des précautions et pratiquer une activité physique qui va vous permettre effectivement de bouger mais sans avoir mal. Donc toutes les activités physiques qui vont être sensibles à votre douleur, vous devez les supprimer  et ne conserver uniquement que les activités physiques sans douleur.

BOUGEZ POUR LE DOS, MA CRITIQUE

Alors là je simplifie le message, mais on va dire qu’est-ce qu’on peut admettre comme douleur ? Donc la douleur violente est totalement à exclure. Par contre, vous pouvez avoir une petite, une légère douleur qui va vous permettre de pratiquer cette activité physique, voilà. Le « 100% sans douleur » je ne suis pas pour, juste tolérez une petite douleur dans vos activités physique mais n’allez pas au-delà. C’est-à-dire que toute aggravation de la douleur, toute augmentation de la douleur au cours de l’activité physique sera et ira à l’encontre des bienfaits recherchés.

mal de dos et marche

Par rapport à l’activité physique, ça peut être beaucoup de choses. Ça peut être de la marche, ça peut être de la natation, ça peut être du vélo, c’est à vous de choisir une activité que vous avez surtout envie de faire et qui est le plus fonctionnelle dans votre vie quotidienne sinon vous ne la ferez pas. Donc ça peut très bien être descendre un arrêt de bus avant votre travail et continuer à pieds pour parcourir un certain périmètre de marche à pied.Ça peut être prendre régulièrement les escaliers sur votre lieu de travail par exemple. Ou ça peut être de vous bloquer toutes les semaines deux créneaux pour aller nager à la piscine, voilà.

MAL DE DOS ET ACTIITE PHYSIQUE:CE QU’IL FAUT SAVOIR!

Petites explications par ces bienfaits de l’activité physique, première chose en fait quand vous allez chez le kiné, qu’est-ce qu’il fait ? Il va redonner de la mobilité à votre colonne vertébrale. Donc en fait c’est le même résultat lorsque vous pratiquez un sport, sauf que là il va vous le faire passivement et vous allez être encadré par un professionnel de santé. Deuxième chose, l’activité physique va permettre :

  • De donner de la mobilité à votre colonne vertébrale.
  • De redonner de l’élasticité à l’ensemble des ligaments.
  • D’accélérer la circulation sanguine, ce qui va permettre de vasculariser votre colonne vertébrale et ainsi diminuer la douleur.

Alors pratiquer l’activité physique oui, mais à certaines conditions. Encore une fois, tolérez une légère douleur mais n’allez surtout pas sur une douleur intense sinon vous irez à l’encontre des bienfaits de l’activité physique.

 

Abonnez vous et faites partie de notre club fermé

Activ’dos: une bonne application pour votre dos?

 Bonjour et bienvenue sur la chaine de Fred le kiné !

Activ’Dos: une apllication pour votre dos

Aujourd’hui je vais vous parler d’une application qui s’appelle « Activ’Dos » qui a été créée par la sécurité sociale plus exactement. Vous la retrouverez cette application dans ameli.fr qui est le site de la sécurité sociale.

Alors j’ai déjà testé cette application. Lorsque vous rentrez dans cette application, déjà vous avez une petite évaluation sur votre douleur de dos et sur vos conditions de vie, notamment la pratique d’une activité physique ou pas. Une fois cette évaluation faite, vous allez rentrer donc au cœur de cette application dans lequel vous allez avoir plusieurs parties.

application activ'dos

Le quizz d’activ’dos

La première partie est sous forme de quizz en fait pour tester vos connaissances sur le mal de dos et la colonne vertébrale, notamment avec des questions sur l’anatomie. Donc c’est des petits quizz avec des réponses qui vous sont ensuite argumentées que vous fassiez une réponse juste ou fausse.

Les exercices d’activ’dos

Deuxièmement, après vous allez avoir des exercices que vous allez pouvoir appliquer durant votre quotidien avec des petits exercices qui sont sous deux formes. Soit une forme de renforcement musculaire, soit une forme d’étirement. Ces deux types de travaux vont être catégorisés en deux sortes d’exercices, ceux que vous pouvez faire à la maison donc avec un peu plus de temps, et ceux que vous pouvez faire au bureau sur des schémas.

En tant que kinésithérapeute, ces exercices me paraissent de bonne qualité. Ils sont visualisés sous forme de vidéo avec le nombre d’exercices que vous devez exécuter et la bonne réalisation de ces exercices. Donc je pense que, que ce soit les étirements ou les exercices musculaires, ces exercices vont vous permettre d’avoir un travail de qualité au niveau de la mobilité et également du renforcement musculaire.

un exercice pour le dos par activ'dos

Mon impression sur activ’dos

Voilà sur ce que je peux dire à l’heure actuelle sur cette application, donc une bonne impression sur cette application qui me parait être intéressante pour les gens qui souffrent du dos. En sachant que je vais aller un petit peu plus loin dans l’exploitation de cette application puisque je m’en sers régulièrement. Et je vais vraiment aller au bout de cette application pour pouvoir plus tard vous faire une critique un peu plus aiguisée sur l’application qui, je le répète, s’appelle « Activ’Dos » réalisée par la sécurité sociale.

Je vous dis à bientôt pour une autre audio !

 

Comment utiliser le baume du tigre ?

Il parait intéressant lors de douleurs lombaires d’appliquer la pommade du baume de tigre. Elle est très efficace et dans cet article, je vais vous expliquer comment s’en servir pour avoir des résultats conséquents pour les douleurs de dos.

Origine du baume du tigre

Elle est d’origine asiatique, elle est normalement fabriquée en Thaïlande, son pays d’origine. Elle tient son efficacité par son origine naturelle, en effet elle est constituée de plantes naturelles trouvées dans ce pays.Cette pommade « magique » est faite pour diminuer les douleurs avec deux couleurs différents selon les indications voulues par le thérapeute.

Le baume du tigre rouge

Il va permettre suite à son application d’avoir un effet de chaleur pour le patient. Ce dernier va ressentir une sensation d’augmentation de la température cutanée.Elle est constituée de menthol (10%), de camphre (11%),de clous de girofle, de cajeput , de menthe poivrée et d’essence de chanelle. Le fort pourcentage de camphre amène cet effet de chaud qui est surtout indiqué pour les inflammations, les douleurs osseuses et articulaires

baume du tigre rouge

Le baume du tigre blanc

Il refroidit les tissus cutanées, grâce à une composante à fort pourcentage , le menthol.Les constituants sont semblables au baume rouge mais avec des quantités différentes. Dans le cadre des lombalgies, il n’est pas une bonne indication mais il peut être utilisé pour des tensions musculaires, voir des lésions pour son effet de cryothérapie.Elle est recommandée pour les congestions nasales.

baume tigre blanc

Les Indications d’application

Tout d’abord, l’application est en relation avec l’effet escompté. Si vous souhaitez avoir un effet de chaleur, il convient d’utiliser le tigre rouge mais en essayant de frictionner la zone de manière assez vigoureuse pour majorer l’effet chaleur.Vous aurez dans ce cas une crème apaisante, idéale pour vos douleurs

Si vous voulez un effet rafraichissant, vous allez utiliser le baume blanc en posant juste une noisette de pommade sans frotter.

Les indications pour le baume rouge:

  • faiblesse lombaire
  • mal de dos
  • lésions articulaires
  • inflammations

Les indications pour le baume blanc:

  • congestions nasales
  • rhinites
  • toux
  • rhume
  • maux de tête

Prix du baume du tigre

Vous pourrez voir des diversités dans les prix des produits selon l’origine de la production. Sachez que le vrai baume du tigre est fabriqué en Thaïlande.L’éloignement et les droits de douane majorent le prix de cet onguent.Pour un bon produit, comptez sur une valeur entre cinq et dix euros pour être sur de son efficacité.

 

Mon avis

Je l’utilise personnellement pour les lombalgies et les petites douleurs récurrentes. Ce produit est de très bonne qualité avec un effet efficace sur la douleur. Je ne l’ai pas essayé pour les rhumes ou rhinites et l’ensemble des problèmes respiratoires.

 

Comment soigner une sciatique de la jambe droite?

 

Je vais aborder dans cet article les possibilités pour soigner et calmer vos douleurs liées à une sciatique de la jambe droite. Je vous donne des conseils de traitement qui n’engage que moi. Je vous rappelle que je suis kinésithérapeute-ostéopathe depuis 20 années (du moins en 2018 !).

sciatique

C’est quoi une sciatique

Comment peut-on la définir ? Il s’agit d’une compression nerveuse du nerf sciatique. Cette compression du nerf rachidien va « écraser » le nerf et provoquer des symptômes spécifiques. Le premier, les symptômes moteurs qui peut engendrer des paralysies au niveau du membre inferieur droit. Le plus connu étant un pied qui traine et la difficulté à soulever le pied à la marche. Ces paralysies sont présentes lorsque la sciatique est très évoluée. Il peut exister aussi des signes sensitifs avec des hypersensibilités au niveau du membre inferieur. Vous pouvez ressentir des picotements ou des irradiations. Le ressenti est très désagréable.

Le territoire du nerf sciatique est représenté dans la figure çi-dessous :

ente est une compression par l’existence d’une hernie discale qui va comprimer le nerf sciatique.

trajet nerf sciatique

Traitement médicamenteux de la sciatique

C’est votre médecin généraliste qui va orienter votre traitement médicamenteux. Dans un premier temps, il risque de vous prescrire des anti-inflammatoires et des antalgiques. Soyez assidu dans la prise du traitement pour avoir une efficacité sur vos symptômes. Il est possible que cela soit efficace mais laissez le temps au temps car le traitement ne sera pas efficient immédiatement.

Il est important de connaitre les effets indésirables de la molécule car tout médicament entraine des effets indésirables. Lisez donc la notice ou demander conseil à votre pharmacien !

Le généraliste peut vous amener dans un second temps à consulter un rhumatologue si le traitement n’a pas donné de résultats sur votre douleur. Ce dernier pourra mettre en place une infiltration, la plupart du temps de la cortisone pour traiter l’inflammation de manière locale. La cortisone est un médicament très puissant et il peut s’avérer positif pour votre sciatique de la jambe droite !

 

Traitement kinésithérapique de la sciatique

Souvent, votre généraliste va associer au traitement médicamenteux aux séances de kinésithérapie. Il va après avoir fait un bilan individualisé, trouver les causes de vos douleurs. Ces dernières pouvant être articulaire, musculaires ou liées à votre profession (comme les secrétaires, les informaticiens etc.)

Selon l’origine de la sciatique de la jambe droite (par exemple), il va axer votre traitement sur la mobilité ou sur le renforcement musculaire. Souvent une combinaison de ces deux paramètres sont utiles. Ce traitement est véritablement une remise en cause de votre environnement de vie dans lequel il va falloir par retouche modifier certains vecteurs. Le kiné vous donnera des conseils sur l’hygiène de vie et notamment sur la pratique d’une activité physique.

Activité physique pour la sciatique

Vous avez que des avantages à pratiquer une activité physique. Pour votre dos, c’est essentiel. Même si vous avez mal, essayer de pratiquer un peu de marche à allure tranquille cela vous calmera très certainement la douleur. Ne forcez pas, respectez votre corps. Soyez également progressif, notamment si l’activité physique est une inconnue pour votre organisme. Non seulement vous allez faire du bien à votre sciatique mais en plus vous aurez des bénéfices pour vos poumons, votre cœur et vos muscles. Que demander de plus !

 

Ne faites surtout pas l’erreur de ne rien faire à cause de votre hernie. Ce serait la plus grosse erreur de votre vie. La douleur augmentera et l’inflammation du nerf se majorera.

Pour finir, le mot hernie discale ne doit pas être pris comme une maladie. Ce n’est pas grave, il faut le soigner, c’est tout ! Mais sachez une chose, la plupart des gens ont une hernie discale sans qu’elle soit douloureuse.

Alors dédramatisez et prenez votre santé en main, maintenant !

Pour finir et synthétiser mes propos, je vous propose une vidéo sur la sciatique:

 

comment faire des abdominaux sans se faire mal au dos

Fred le Kiné.

Abdos bas du ventre

Je vais revenir sur une vidéo sur les abdominaux pour refaire le point sur les exercices afin de tonifier l’ensemble de vos abdominaux. Donc, le titre de cette vidéo sera, comme vous pouvez le voir, « Comment faire des abdominaux sans se faire mal au dos ? » On a trop l’habitude de voir un certain nombre d’exercices qui vont en fait, peut-être, je dis bien peut-être, vous muscler le dos, mais surtout, et certainement, aggraver les lésions au niveau de votre colonne vertébrale, notamment au niveau des cervicales. Je veux aborder dans cette vidéo les différences qu’il peut y avoir entre le crunch, certes, qui est un exercice emblématique et qui peut, dans la mesure où il est bien fait, muscler vos abdos ; mais en comparaison, sur la balance, je mettrais des exercices de gainage qui, peut-être, me semble-t-il, sont beaucoup plus favorables à votre colonne vertébrale et à la tonification de votre dos. Préalablement, je reviens sur l’anatomie de votre sangle abdominale. Donc, je rappelle qu’il y a des muscles transverses qui sont en profondeur, et on va voir tout à l’heure comment vous pouvez les muscler. Ces muscles transverses sont hyper importants et c’est eux qui vont donner le galbe de votre taille.

Abdos exercices

Vous avez également les muscles obliques qui vont être sollicités lorsque vous allez faire des rotations et qui vont avoir un maintien important dans la statique de la colonne vertébrale. Je prends un exemple, lorsque vous courrez, si vous avez des obliques qui sont relativement faibles, vous allez perdre de l’énergie en laissant aller le tronc à droite et à gauche. Une bonne tonification de ces muscles-là, va vous permettre d’améliorer votre rendement lorsque vous faites un exercice, par exemple, dans le cadre d’une activité sportive. Et vous avez les muscles droits de l’abdomen, c’est eux, en fait, que vous allez solliciter lorsque vous allez faire les crunchs. Donc, je résume, grands droits, c’est la tablette de chocolat que vous allez solliciter en faisant les crunchs, le muscle transverse que vous allez solliciter par une respiration abdomino-diaphragmatique, on va le voir tout à l’heure. Et les muscles obliques qui, en fait, contrôlent les rotations au niveau de votre tronc. Il faut bien comprendre que ce qui est le plus visible, c’est cette tablette de chocolat, c’est-à-dire les muscles grands droits. Et ce qui est un peu plus en profondeur, tout d’abord, il y a les muscles obliques et, vraiment en profondeur c’est les muscles transverses. Si l’on prend les personnes qui font du crunch, comme vous l’avez à l’image, vous allez avoir, certes, une tonification de ces muscles grands droits comme on peut voir à l’écran ; mais surtout, vous allez avoir, au bout de quelques exercices, une sollicitation au niveau du cou, au niveau cervical, et c’est, en fait, vos trapèzes qui vont travailler, et c’est pour ça, qu’au bout d’un moment, vous allez avoir mal au niveau du cou par grande sollicitation des trapèzes. Or, le but étant, dans cet exercice-là, de muscler les grands droits. Donc, vous voyez que cet exercice tel qu’on le fait, ne sert pas à grand-chose, si ce n’est à provoquer, soit des douleurs cervicales, soit des douleurs lombaires puisque vous allez, là aussi, effacer la lordose lombaire. Encore moins, on va dire, bon pour votre colonne vertébrale, lorsque vous allez coincer vos pieds sous une armoire par exemple, où là, vous allez solliciter plus particulièrement ce que l’on appelle le muscle psoas iliaque, et là vous risquez non seulement de ne pas solliciter les muscles grands droits, mais en plus, de provoquer une inflammation de ce muscle du psoas que l’on appellera une psoïte, et là aussi vous aurez des conséquences sur la colonne vertébrale. Si l’on regarde ce muscle abdominal, on peut voir qu’il est essentiellement conçu pour maintenir la colonne vertébrale. C’est une action de maintien et non pas une action de flexion comme vous pouvez le voir dans le crunch. Alors, pourquoi le travailler avec une action de flexion ?

Avoir des abdos

Nous allons orienter notre travail musculaire sur une action de maintien et c’est là que le gainage va prendre toute son efficacité, de plusieurs façons. Tout d’abord, sur cette photo-là, vous voyez que si vous conservez un bon alignement, c’est-à-dire sans creuser la lordose lombaire, le creux, soit sans l’augmenter, vous allez avoir un exercice extrêmement performant qui va vous permettre de muscler l’ensemble de votre colonne vertébrale et en profondeur, principalement, le transverse. Vous avez d’autres alternatives comme celle que vous voyez à l’écran ici, pour travailler un peu plus les obliques en faisant ce type d’exercice, c’est-à-dire en vous mettant sur le côté, vous allez vous permettre de travailler les obliques de façon plus importante. Donc, photo devant, plutôt transverse, grands droits. Photo en haut, plutôt les obliques. Donc, déjà, de par le gainage, vous pouvez arriver à des exercices d’excellentes qualités sans avoir de sollicitation au niveau de votre colonne vertébrale qui seront néfastes sur le long terme. Nous avons vu préalablement qu’il y avait un muscle très profond qui s’appelait le transverse, qui va donner, en fait, le galbe de la taille, ce muscle-là, vous pouvez le travailler de façon très conséquente par ce que l’on appelle une respiration diaphragmatique. Donc, qu’est-ce que vous allez faire ? Vous allez vous mettre allongé sur le dos, vous allez, le temps 1, inspirer par le nez, en gonflant le ventre et vous allez souffler par la bouche en rentrant le ventre. Donc, je répète, vous allez inspirer par le nez et vous allez gonfler le ventre. Et vous allez souffler par la bouche et vous allez rentrer le ventre. Ce travail va nécessiter, en fait, une action importante au niveau de vos transverses. D’autres effets positifs à ces exercices-là, la respiration va vous permettre de mieux ventiler, d’emmener au niveau de vos cellules suffisamment d’oxygène et avoir, de part cet exercice, une facilitation au niveau de votre transit intestinal. Donc exercice à faire plusieurs fois par jour et qui ne nécessite pas beaucoup de travail comme vous pouvez le voir sur les différentes photos. Pour conclure cette vidéo et pour résumer mes propos, vous avez plusieurs groupes musculaires des abdominaux, ces muscles-là sont fait pour permettre à la colonne d’avoir une statique majorée et pertinente et efficace.

 

Pour cela, favorisez principalement les muscles en travail statique, c’est-à-dire sans mouvement, juste en maintenant une position et là vous avez les deux exercices les plus emblématiques. Si vous voulez parfaire votre muscle du transverse que l’on voit ici en profondeur, un petit travail respiratoire qui va, non seulement, tonifier votre transverse, mais qui va avoir des conséquences très bénéfiques sur votre circulation, le retour veineux, sur votre transit intestinal et également, pour une amélioration de l’oxygène dans votre organisme. Je vous souhaite de bonnes séances d’abdominaux.

Ici Fred le Kiné, et je vous dis à bientôt. Merci !

Comment dormir pour une femme enceinte qui a mal au dos?

Mal de dos enceinte: comment trouver une bonne position?

 

Comment dormir pour une femme enceinte qui a mal au dos

Bonjour et bienvenue sur le site de Fred le Kiné.

 

Aujourd’hui, nous allons répondre à une question d’une femme enceinte qui a du mal à trouver une position confortable suite à un mal de dos récurrent. Alors, comment on peut répondre à ce type de sollicitation ? Tout d’abord, le pourquoi de ce mal de dos lorsque l’on est une femme enceinte. Lorsque que vous êtes enceinte, il va y avoir une modification, notamment au niveau du bassin, qui va devoir s’ouvrir pour laisser la place au fœtus et ensuite au bébé.

Donc, vous avez les deux os iliaques, qui sont les os du bassin, qui vont s’écarter progressivement pour permettre le développement du bébé. Ensuite, au niveau ligamentaire, il va y avoir une laxité, c’est-à-dire un relâchement des ligaments qui vont permettre cette augmentation du diamètre du bassin. Cette adaptation au fait que vous soyez enceinte, va emmener forcément des avantages et des inconvénients. L’avantage étant, comme je viens de le dire, de laisser la place au fœtus pour son développement. Et également permettre progressivement à l’enfant de se développer avec un certain confort. Forcément, il va y avoir des adaptations également au niveau de la colonne vertébrale avec, la plupart du temps, une modification des courbures de la colonne vertébrale qui va entraîner, au bout du 3-4ème mois, ce qu’on appelle une sciatique, c’est-à-dire une compression du nerf sciatique avec comme signes cliniques, soit une douleur à la fesse, soit une douleur sur la partie postérieure de la cuisse, pouvant aller sur la partie latérale du mollet puis sur le coup de pied. Cette sciatique risque de vous faire souffrir d’autant plus que le médecin n’aura pas beaucoup d’alternatives au niveau du traitement médicamenteux pour soigner votre douleur et ne pas mettre en danger le fœtus, c’est-à-dire le futur bébé.

Les difficultés, aussi, de positionnement lorsque vous allez vous endormir, c’est une poitrine douloureuse qui va vous empêcher également de vous allonger sur le ventre. Cette présence, comme on vient de le voir, de la sciatique qui va, la plupart du temps, vous poser des problèmes lorsque vous allez vouloir vous mettre soit sur le ventre, soit sur le dos. Et ensuite, ce ventre proéminent qui fait progressivement la place à votre bébé.

Alors, quoi faire par rapport à ce constat ?

Ce qui est évident, c’est qu’il va falloir se mettre, se coucher sur le côté, et on va le voir un peu plus tard, sur le côté gauche. Sur le côté, ça va être la position qui va vous permettre de dormir avec le plus de confort et de sérénité possible. Avec, notamment ce que vous pouvez faire, c’est mettre entre les deux genoux, un petit coussin pour relâcher et détendre l’ensemble de votre bassin, mais également l’ensemble de votre dos. Cette nuit sur le côté, bien évidemment vous pouvez alterner le côté droit et le côté gauche. Mais par rapport au fœtus, qui est votre bébé, il est plus favorable de dormir sur le côté gauche. Cette position, comme je viens de vous dire, elle est meilleure pour le bébé pour plusieurs raisons. Ça va faciliter la circulation sanguine, ça va permettre également aux nutriments de circuler plus facilement vers le placenta. Et vous allez aussi faciliter le rôle du rein en permettant d’éliminer plus facilement les déchets et l’ensemble des liquides de votre organisme. Donc, si vous le pouvez, essayez majoritairement de passer la nuit sur le côté gauche. Bien entendu, vous pouvez alterner le côté gauche et le côté droit. Quand on vous a proposé ces solutions, il faut aussi corréler ces solutions avec les gestes de la vie active.

Les gestes de la vie active vont plutôt vers la modération c’est-à-dire faites attention à ne pas trop porter de poids. Et quand vous portez du poids, essayez de l’équilibrer, notamment sur le bras gauche et le bras droit, comme quand vous portez les courses. Essayer d’équilibrer les deux ports de charge, donc toujours gauche/droite. Essayer de conserver une activité physique qui peut être principalement une activité physique aquatique comme la gym aquatique, ou éventuellement la natation. Et maintenez, au niveau de votre colonne lombaire, le creux que vous avez naturellement en position debout. Si vous suivez ces conseils, normalement, vous arriverez à passer de bonnes nuits et à passer le cap de cette sciatique qui est une pathologie récurrente lorsque l’on est enceinte.

 

Conseils pour le port de ceinture pour le bas du dos

Faut-il porter une ceinture lombaire

Bonjour et bienvenue sur le site de Fred le Kiné.

Aujourd’hui, nous allons parler de la ceinture lombaire qui est utilisée pour soulager le mal de dos ou bien, pour prévenir le mal. C’est quelque chose d’assez courant qui, on va le voir plus tard, la plupart du temps est prescrit par votre généraliste. Alors quel est l’intérêt de cet appareil ?

L’intérêt de cet appareil est simple. Il va vous permettre de soutenir le bas de votre colonne, c’est-à-dire la région lombaire juste au-dessus des fesses. Et elle va permettre de reposer les muscles. Et une autre conséquence, c’est que vous allez être obligé, plus ou moins, d’adopter une bonne posture de votre colonne vertébrale. Là aussi, on y reviendra parce que c’est ce que vous vendent les fournisseurs de ceinture lombaires, mais en fait, ce n’est pas exactement ça. C’est pour ça que j’ai choisi cette thématique dans cette vidéo. Par rapport aux intérêts également, c’est surtout ça qui va être intéressant, c’est qu’au niveau lombaire, le port de cette ceinture va vous permettre de diminuer les effets de la pesanteur au niveau de vos vertèbres lombaires. Et donc de soulager toute cette partie basse de la colonne vertébrale.


La plupart du temps, qui va prescrire cette ceinture ? Le généraliste ou le rhumatologue. Et qui va, la plupart du temps, associer des séances de kinésithérapie, qui est le véritable professionnel du mouvement, et qui va faire ce qu’il faut, justement, pour vous permettre de diminuer ces douleurs et de retrouver une mobilité correcte qui va vous permettre d’avoir une qualité de vie normale. Mais cet objet, je reviens en arrière, qui paraît anodin, il faut faire attention puisque ça va avoir, toutefois, des inconvénients sur votre organisme et sur votre santé. Les personnes qui portent un certain temps ces ceintures lombaires ressentent un certain inconfort lorsqu’elles sont assises. Elles sentent également, dans la vie quotidienne, une pression au niveau de la cage thoracique, et plus particulièrement sur les côtes, qui donne une impression de difficultés respiratoires.

Et bien évidemment, puisque c’est le but d’immobiliser, ça va vous empêcher de trop bouger. Puisque l’avantage de ça justement, c’est de diminuer la mobilité pour mettre la colonne vertébrale au repos, un petit peu, comme lorsqu’on vous met un plâtre pour consolider une fracture, le but c’est de diminuer la mobilité. Le corset, mais plus particulièrement la ceinture lombaire, dans cette vidéo, va avoir ce même effet, et la perte de mobilité va avoir aussi des conséquences sur votre colon. On va reparler un petit peu plus tard lorsque nous allons aborder les inconvénients. Alors, les inconvénients, on en parle tout de suite. Il est statistiquement démontré qu’il y a plus de présence d’hernie ombilicale puisque vous allez mettre une hyper pression au niveau de votre abdomen. Et cette hyper pression, créée par la présence de la ceinture lombaire, va entraîner des hernies ombilicales qui va être un des inconvénients de ce port de ceinture. Une hernie ombilicale, c’est une faiblesse au niveau de votre abdomen qui peut créer une hernie, c’est-à-dire un petit gonflement au niveau de votre abdomen. Deuxième inconvénient, hypertension artérielle. Puisque ça va avoir aussi, par la mise en tension de la paroi abdominale, des conséquences sur la fonction cardiaque. Et on va le voir tout à l’heure, ça fera partie des choses qu’il faudra réguler pour ne pas avoir ces inconvénients-là. Il va y avoir aussi, par une immobilisation, une hyper pression de la cage abdominale, de la partie abdominale des troubles digestifs, avec une lenteur digestive, voire des spasmes digestifs. Et dernière inconvénient, qui n’est pas moindre, c’est qu’il va y avoir au niveau de la respiration, un surcoût respiratoire avec une fréquence respiratoire qui va être augmentée et qui est une chose à prendre en compte, notamment si vous avez un patient qui est tabagique ou qui a déjà un problème respiratoire. Et la chose que l’on voit le plus souvent, est-ce un mythe ou une réalité ? C’est-à-dire, on prétend que le port de la ceinture serait, en fait, un facteur de diminution des muscles, principalement des muscles de la colonne vertébrale. Ça s’appelle une amyotrophie, et le fait de trop porter longtemps, cette ceinture entraînerait cette perte de masse musculaire et donc, un moins bon maintien de la colonne. Pour répondre à tous ces inconvénients et toutes ces questions par rapport à ce que l’on vient de voir, j’ai choisi une revue Littérature qui se fait la synthèse de plusieurs articles, qui est sorti en 2005. Elle est un petit peu ancienne, mais elle me paraît intéressante parce qu’elle fait, véritablement, le tour des articles qui ont été publiés sur cette thématique. Par rapport à ça, les gens ont recherché, dans la littérature, l’ensemble des articles qui traitaient du port de la ceinture lombaire, en prévention, pour éviter justement d’avoir ces douleurs lombaires. Il s’agit d’une action préventive pour éviter d’avoir mal. La conclusion de cette étude, c’est que un. Les personnes qui n’ont pas d’antécédents de lombalgie n’ont aucun intérêt à porter de ceinture lombaire si ce n’est avoir les inconvénients que l’on a vu préalablement.  C’est-à-dire la possibilité d’avoir une hernie ombilicale et des risques cardiaques, mais également respiratoires. Deuxième chose, par contre ; ceux qui ont eu des antécédents de lombalgie, donc ceux qui ont déjà eu des problèmes au niveau du bas du dos, ils peuvent avoir un avantage potentiel à utiliser ces ceintures lombaires. Quand il y a marqué « peuvent éprouver », ça demande encore des recherches complémentaires pour vraiment affirmer cet avantage à porter la ceinture lombaires. Cependant, avant toute prescription de ces ceintures lombaires, il va falloir quand même regarder, notamment voir s’il n’y a pas de problème de risques cardiovasculaires principalement. Mais également, voir s’il n’y a pas de risque respiratoire, c’est-à-dire une atteinte du système respiratoire, en l’occurrence, le poumon. Parce qu’on l’a vu dans les inconvénients, il y a des risques d’hypertension et également des risques de surcharger l’appareil ventilatoire et d’entraîner des compensations cardio-respiratoire. La deuxième chose qui ressort de cet article, et c’est intéressant, c’est que, de toute façon, il faudrait associer ce port de ceinture lombaire à une petite formation sur la manutention des charges, c’est-à-dire comment porter un poids en protégeant sa colonne vertébrale. Ce qui paraît, évidemment, fondamental, mais ce qui n’est absolument pas fait lorsque votre médecin généraliste va vous prescrire une ceinture lombaire. Donc, si on peut faire la conclusion, pour l’instant, la tendance c’est que ça aurait un intérêt pour les personnes qui ont déjà eu mal au dos. Mais aucun intérêt pour les personnes qui n’ont jamais eu mal au dos. Deuxième chose, il y a des risques potentiels dont il faut tenir compte. Principalement, la possibilité d’augmenter les facteurs de risque de l’hernie ombilicale, une surcharge au niveau de votre appareil cardiaque, c’est-à-dire principalement le cœur. Et également, une surcharge ventilatoire de votre appareil respiratoire, en l’occurrence les poumons. En ce qui concerne les risques de perte de force musculaire et d’endurance musculaire, d’autres études supplémentaires devraient arriver. Et je vous ferai une suite à cette vidéo dans laquelle, justement, je vous démontrerai, par l’intermédiaire d’une autre étude, que le port de ceinture peut être bénéfique dans ce sens-là. Je vous remercie et je vous dis à bientôt pour d’autres vidéos.

Faut il manipuler le bas du dos?

Que font les manipulations sur le bas du dos?

Bonjour et bienvenue sur le site de Fred le kiné.

Manipulations du dos

Aujourd’hui, je vais sortir un petit peu des sentiers battus, pour vous parler des manipulations vertébrales, et principalement, des manipulations lombaires lorsque vous avez entre guillemets, puisque ça n’existe pas, « déplacé » une vertèbre. En fait, quand vous dites que vous vous êtes déplacé une vertèbre, c’est qu’il y a une partie de vos vertèbres lombaires qui ont perdu de leur mobilité. Et, c’est ça qui va vous provoquer une douleur et aller, soit consulter chez le médecin, soit allez voir le kiné ou éventuellement l’ostéopathe. On va parler, donc, dans cette vidéo, des manipulations au niveau lombaire qui peuvent être faites par un ostéopathe, un chiropracteur et également un kinésithérapeute. Par rapport à ces manipulations, il y a un mythe qui s’est installé depuis un certain temps, où les médecins vous disaient que si vous alliez vous faire manipuler trop souvent, vous allez créer une certaine addiction au thérapeute. Et avoir, de par cette dépendance, on pouvait arriver à mettre en place des dégâts, soit au niveau articulaire, soit au niveau musculaire, de par des interventions trop fréquentes sur la colonne lombaire. Alors, il y a quelque temps, une étude a travaillé sur ce mythe donc, qui a été entretenu de génération en génération, et vous voyez que cette étude est une étude relativement ancienne puisqu’elle date de 2011. La question était celle-ci : est-ce que ça peut amener des bénéfices de se faire traiter par des manipulations régulièrement même si on n’a pas de douleur à ce moment-là.

Etude scientifique sur les manipulations lombaires

Alors, au niveau de la méthodologie, on va passer relativement vite. C’est une étude , avec des personnes qui ne vont pas avoir de manipulation c’est-à-dire des manipulations plutôt placebo. Puis, on va avoir des manipulations qui vont être répétées dans le temps et on va avoir juste une manipulation lombaire au moment initial. Donc trois groupes différents. Je répète. Un groupe qui a une manipulation placebo, un groupe qui a des manipulations répétées dans le temps et un groupe qui a juste une manipulation en début de traitement. Et on va comparer les différents effets par rapport à ce type de manipulation.

Alors, vous voyez qu’il y a quand même 60 patients qui ont été suivis sur une durée de 6 mois. On les a attribuées dans l’un des trois groupes de façon aléatoire. Donc, il y en avait 12 dans le groupe manipulation placebo, il y avait 12 dans les manipulations vertébrales, juste pendant le premier mois, mais sans traitement durant les neuf mois suivants. Et le dernier, le plus complet, 12, dans le groupe traitement supérieur à 2 mois avec un entretien toutes les deux semaines pendant les neuf mois suivants. Et par rapport à ça, on veut voir s’il y a un intérêt de prolonger ces manipulations dans le temps même si le patient n’a pas forcément de pouvoir à ce moment-là. Qu’est-ce qu’on va étudier ?

Les manipulations du dos et la douleur

On va étudier les scores de la douleur. On va analyser l’incapacité du patient, l’état de santé du patient et la satisfaction du patient. On va donc faire cette évaluation au début de l’étude, au bout d’un mois, au bout de quatre mois, de sept mois et dix mois pour voir, comment ces indicateurs-là vont évoluer dans le temps et s’il va y avoir une différence significative entre les différents groupes. Une fois arrivé à la fin de l’étude, qu’est-ce qu’on peut voir parmi les résultats les plus emblématiques et les plus importants ?
Tout d’abord, les patients des deuxième et troisième groupes ont présenté des scores de douleur et d’incapacité beaucoup plus faible que le groupe placebo. Et on voit que c’est statistiquement significatif. Je reviens à cette diapo-là. Ces deux groupes, le groupe qui avait eu une seule manipulation et le groupe qui avait des manipulations tout au long des neuf mois, avaient une amélioration de l’incapacité et une amélioration du score douleur par rapport au groupe placebo. Donc, ça va favoriser dans l’effet de la manipulation en termes de résultats. Cependant, le troisième groupe, celui qui a reçu un traitement beaucoup plus pérenne dans le temps, lui, a montré une plus grosse amélioration du score de la douleur et de l’incapacité au bout des 10 mois. Donc, à priori, plus on se fait manipuler, plus on aurait des résultats en termes de diminution de la douleur et en terme aussi d’incapacité.

Le dernier résultat qui nous paraît également important. Les patients manipulés après un mois, qu’ils soient suivis ou non dans le temps, ils ont montré aussi une amélioration en termes de mobilité, notamment la flexion lombaire et l’inclinaison latérale. On sait tous, très bien, que plus on a une colonne mobile moins on risque d’avoir des problèmes en terme de douleur et de santé au niveau de la colonne vertébrale. Puisque c’est justement ces manques de mobilité sur une ou plusieurs vertèbres et qui entraînent les douleurs. Et par conséquent, la consommation de soins de santé. Si on analyse ces résultats, on peut voir que ce qui avait été proposé, le mythe qu’on peut voir sur cette diapo, que si on se fait manipuler régulièrement, un, il y a une addiction, deux, ça peut être dangereux pour la santé. On voit que, par les conclusions de cette étude, on est totalement en contrepied par rapport à ce mythe qu’il ne faut pas se faire manipuler trop souvent. Ça va bien permettre, aux gens qui font de la manipulation, d’aller dans ce sens-là. Mais encore fallait-il le prouver. Et je vous montre donc, sur cette diapo, les résultats qui sont plus parlants. Voyez ici en pointillé, c’est le groupe contrôle donc, c’est le groupe placebo. Celui-là, c’est le groupe qui a, en pointillé noir, qui a eu une seule séance pendant les premiers mois. Et la deuxième et la troisième courbe, c’est les gens qui ont maintenu les séances au cours du temps. Et on voit très bien, sur cette colonne noire ici, que ces personnes-là ont très nettement, au cours des 10 mois, diminué leur douleur. 2ème diapo, qui est un score qui est calculé sur la base d’un questionnaire et qui va permettre d’analyser l’état de santé et les symptômes sur la colonne vertébrale. Et dans ce cas-là spécifiquement sur la colonne lombaire. On voit aussi, dans ce cas-là, une très nette différence entre les gens qui ont eu des manipulations répétées dans le temps et les gens qui ont eu des manipulations uniquement pendant le premier mois. Et on voit bien que, dès le premier mois, il y a un changement de tendance pour le groupe qui a eu une seule séance.

Les manipulations sont elles nocives

Alors qu’est-ce qu’on peut dire pour votre santé personnelle ? Si vous êtes sujet à des douleurs au niveau lombaire, vous pouvez vous faire manipuler régulièrement sans avoir des dommages au niveau articulaire ou au niveau musculaire. Puisque, selon cette étude-là encore une fois, on parle autour de cette étude. Selon cette étude, vous allez ainsi diminuer les douleurs, vous allez regagner en mobilité, principalement sur la flexion et l’inclinaison latérale et vous allez avoir une capacité qui va être moindre, donc une qualité de vie qui va être supérieure puisque vous allez pouvoir bouger et avoir une vie sociale et une activité professionnelle de meilleure qualité par rapport à quelqu’un qui ne suit pas ses soins de façon récurrente dans le temps. Je vous remercie et je vous dis à bientôt pour une nouvelle vidéo.

Sac à dos et Mal au dos

Stop aux douleurs liées au port de sac à dos et au cartable pour vos enfants.

 

Bonjour et bienvenue sur le site de Fred le kiné.

Le port du sac à dos

Aujourd’hui, nous allons parler d’un message qui concerne tout le monde, notamment nos enfants, par rapport au port du sac à dos. Que ce soit le sac à dos ou le cartable pour aller en classe, comment le régler, comment le réguler pour avoir moins de conséquences au niveau de notre dos. Alors quand je parle du dos, je parle de l’ensemble de notre colonne vertébrale, c’est-à-dire la partie cervicale, c’est-à-dire le cou. La partie dorsale et la partie lombaire qui est le bas du dos. Nous allons voir, à travers une étude scientifique, les meilleurs réglages par rapport à ce sac à dos, que ce soit pour faire une randonnée cet été par exemple, ou au printemps, puisque l’on va avoir des ponts au mois de mai ; ou alors pour votre enfant pour le sac à dos. J’en profite toutefois pour souligner quelque chose, les sacs à dos à roues, donc roulants ou les sacs de voyage roulants ont un inconvénient mais aussi un avantage énorme.

L’avantage énorme c’est que vous n’allez pas porter le poids soit de votre valise, soit votre sac pour aller à l’école. Donc gros avantage puisqu’il n’y aura aucune charge au niveau de la colonne vertébrale.

Le sacs à dos à roulette

Toutefois, un inconvénient majeur, c’est que vous allez mettre votre colonne vertébrale légèrement en rotation puisque vous allez traîner le sac sur le côté. Conséquences sur le long terme, très certainement des problèmes d’épaule et également des problèmes au niveau de la colonne vertébrale, puisque vous allez avoir une aptitude en flexion et rotation, ce qui peut entraîner une attitude scoliotique, c’est-à-dire une tendance de la colonne vertébrale à se mettre en « S ». Voilà la petite parenthèse par rapport à ses valises roulantes qui ont, comme un petit peu tous les éléments pour porter du poids, des avantages et des inconvénients.

Une étude sur le port du sac à dos

Pour en revenir à notre sac à dos ou à notre cartable, je vais utiliser cette étude qui date du 21 mars 2018. Elle n’est pas très ancienne. Je tiens toutefois à mettre un bémol par rapport à ce type d’étude puisqu’elle a été faite sur une petite population donc on ne peut pas véritablement mettre des conclusions.

Mais déjà avec une petite population, on arrive à avoir des données significativement qui permettent donc de donner une grosse tendance et on peut passer qu’avec une population beaucoup plus importante, on aurait cette tendance encore plus marquée.

Encore une fois, c’est la loi des statistiques et on ne peut pas prévoir ces statistiques sur une population plus importante. Alors, à quoi consiste cette étude ? C’est une étude qui va mesurer la posture du corps, notamment la colonne vertébrale, l’activation musculaire de certains muscles, et plus particulièrement les muscles trapèzes et les muscles qu’on appelle extenseurs de la colonne, et également le côté sensitif, le côté sensation, le côté ressenti de ceux qui portaient le sac, c’est-à-dire le score d’inconfort ou le score de confort, comme vous voulez, qui est un paramètre subjectif. On a mis ces étudiants avec un sac à trois niveaux différents. Haut niveau c’est-à-dire au niveau pratiquement du cou, c’est-à-dire légèrement e-dessous du cou. Un niveau au niveau de la colonne dorsale que l’on appelle la vertèbre T12. Et au niveau lombaire, c’est la vertèbre L3, comme vous pouvez le voir sur cette diapo. Et ensuite, on a analysé les différents paramètres que l’on vient de voir, c’est-à-dire la sollicitation musculaire, le ressenti du port du cartable et également quelques notions d’angulation par rapport à la colonne vertébrale.

Les Résultats sur le port du cartable

Les résultats que vous pouvez voir apparaître, je vais vous les commenter parce que c’est pas très évident à lire comme ça. Donc tout d’abord, vous avez au niveau, lorsque le cartable a été mis au niveau cervical, vous avez un petit triangle que vous pouvez voir ici. Donc tout ça c’est cervical. Quand c’est T12 c’est des petites croix et quand c’est au niveau des lombaires c’est des petits ronds. Donc je résume, petit losange, c’est au niveau cervical, la petite croix c’est au niveau dorsal et le petit rond, c’est au niveau L3. Alors qu’est-ce qu’on peut voir ?

Déjà, on peut voir que par rapport au bodyweight, c’est-à-dire au poids du corps, on a fait des essais sur un port de cartable qui représentait, la charge du cartable correspondait à, soit 5% du corps, 10% du corps ou 15% du corps.

Et on voit, quels que soient les paramètres étudiés, on voit que de toute façon à 15% du corps, on augmente l’ensemble des paramètres. Principalement, si on regarde la photo, le graphique en haut, à gauche c’est la flexion cervicale. On voit qu’à 15% de poids du corps du cartable on a, si l’on met le cartable haut, c’est-à-dire au niveau cervical, on a une grosse majoration de la friction du cou, ce qui peut entraîner des conséquences importantes au niveau du cou et provoquer ce qu’on appelle des cervicalgies, c’est-à-dire des douleurs au niveau cervical. Chose que l’on retrouve beaucoup moins marquée si l’on met le cartable au niveau dorsal ou au niveau lombaire. Si l’on regarde maintenant en haut, à droite l’activité musculaire, notamment au niveau des trapèzes, les trapèzes ce sont les muscles juste en-dessous du cou qui couvrent les épaules, on a, là aussi, une plus grande sollicitation au niveau cervical. Et on voit qu’au niveau thoracique, c’est-à-dire au niveau dorsal et au niveau lombaire, on a à peu près la même sollicitation. Le deuxième graphique en bas à droite, il analyse, lui, l’activité musculaire des extenseurs du dos et on voit que, là, on a pratiquement la même activité, que ce soit avec un cartable représentant 5% du corps soit 15% du corps, on voit qu’il n’y a pas beaucoup de modification.

Dernière diapo également que je vous montre, donc là aussi, c’est au niveau musculaire. On a, là aussi sur l’ensemble des muscles de la colonne vertébrale, on a une légère différence quand l’on passe de 10 à 15% du poids du corps au niveau de la charge avec, là aussi, une prépondérance au niveau lombaire puisque, dans cette activité-là, on mesure principalement les extenseurs de la colonne vertébrale. Un dernier petit truc, les petits pointillés que vous voyez sur chaque diapo, c’était le paramètre étudié lorsqu’il y a absence de port de cartable.

 

Conclusion

Alors par rapport à qu’est-ce que l’on peut conclure ? Déjà, les sujets qui avaient un ressenti le plus inconfortable, c’était lorsque les sacs à dos étaient portés au niveau lombaire, c’est-à-dire au niveau pratiquement des fesses. Et également, on avait un inconfort lorsque le sac était porté au niveau pratiquement cervicale, c’est-à-dire au niveau le plus haut. Et on a vu tout à l’heure que lorsque l’on portait le cartable au niveau le plus haut, c’est-à-dire pratiquement au niveau, juste légèrement en-dessous du cou, on avait là aussi une flexion de cou qui était importante et qui pouvait entraîner des cervicalgies sur le long terme. Ça, c’est au niveau du ressenti. On avait un petit peu dans ces diapos-là, la consommation énergétique musculaire avec les différents ports du sac à dos, soit au niveau bas, milieu ou cervicale et par rapport à cette étude, on peut conclure quelque chose d’important, pour une meilleure santé, des écoliers, on peut donc conclure, mais c’est bon aussi pour un sac à dos pour les randonnées, qu’il ne faudrait pas augmenter le port,  la charge du sac à dos au-delà de 15% du poids du corps, l’idéal étant 10% du poids du corps. C’est-à-dire que pour un enfant qui fait 40 kilos, il ne faudrait pas que le sac à dos soit supérieur, si l’on prend de 10%, à 4 kilos. Voilà une des conclusions de cette étude-là.

Deuxième pointage par rapport à cette étude. Il va être recommandé de porter, dans une position intermédiaire, le sac à dos c’est-à-dire au niveau du dos, c’est-à-dire au niveau de la bosse du dos, la bosse de Quasimodo. On a vu que si on positionnait au niveau cervical, on avait une flexion du cou qui était augmentée et qui pouvait entraîner des dégâts au niveau des cervicales. On a vu qu’au niveau lombaire on activait, de façon exponentielle, l’activité musculaire et un plus, je vous l’ai pas dit, mais on augmente la flexion au niveau sacré ce qui, là aussi, va avoir des conséquences néfastes sur la colonne vertébrale. L’idéal c’est de le mettre dans une position intermédiaire. Et c’est là où l’on va avoir le moins de dégâts au niveau du dos. Je récapitule. Deux choses à retenir. Un, positionnez avec un système de sangle et de serrage le sac à dos au niveau de la bosse du dos, au niveau dorsal. Et deuxièmement, évitez d’augmenter de plus de 15% du poids du corps, la charge dans le sac à dos. Je répète que pour les enfants ça serait beaucoup plus hygiénique d’arriver à un poids de 10%.

Je vous remercie et j’attends vos commentaires éventuellement ou vos questions si vous en avez. En vous remerciant.

A bientôt. Ciao, ciao.

Voir aussi: solutions pour le mal de dos