Sac à dos et Mal au dos

Stop aux douleurs liées au port de sac à dos et au cartable pour vos enfants.

 

Bonjour et bienvenue sur le site de Fred le kiné.

Le port du sac à dos

Aujourd’hui, nous allons parler d’un message qui concerne tout le monde, notamment nos enfants, par rapport au port du sac à dos. Que ce soit le sac à dos ou le cartable pour aller en classe, comment le régler, comment le réguler pour avoir moins de conséquences au niveau de notre dos. Alors quand je parle du dos, je parle de l’ensemble de notre colonne vertébrale, c’est-à-dire la partie cervicale, c’est-à-dire le cou. La partie dorsale et la partie lombaire qui est le bas du dos. Nous allons voir, à travers une étude scientifique, les meilleurs réglages par rapport à ce sac à dos, que ce soit pour faire une randonnée cet été par exemple, ou au printemps, puisque l’on va avoir des ponts au mois de mai ; ou alors pour votre enfant pour le sac à dos. J’en profite toutefois pour souligner quelque chose, les sacs à dos à roues, donc roulants ou les sacs de voyage roulants ont un inconvénient mais aussi un avantage énorme.

L’avantage énorme c’est que vous n’allez pas porter le poids soit de votre valise, soit votre sac pour aller à l’école. Donc gros avantage puisqu’il n’y aura aucune charge au niveau de la colonne vertébrale.

Le sacs à dos à roulette

Toutefois, un inconvénient majeur, c’est que vous allez mettre votre colonne vertébrale légèrement en rotation puisque vous allez traîner le sac sur le côté. Conséquences sur le long terme, très certainement des problèmes d’épaule et également des problèmes au niveau de la colonne vertébrale, puisque vous allez avoir une aptitude en flexion et rotation, ce qui peut entraîner une attitude scoliotique, c’est-à-dire une tendance de la colonne vertébrale à se mettre en « S ». Voilà la petite parenthèse par rapport à ses valises roulantes qui ont, comme un petit peu tous les éléments pour porter du poids, des avantages et des inconvénients.

Une étude sur le port du sac à dos

Pour en revenir à notre sac à dos ou à notre cartable, je vais utiliser cette étude qui date du 21 mars 2018. Elle n’est pas très ancienne. Je tiens toutefois à mettre un bémol par rapport à ce type d’étude puisqu’elle a été faite sur une petite population donc on ne peut pas véritablement mettre des conclusions.

Mais déjà avec une petite population, on arrive à avoir des données significativement qui permettent donc de donner une grosse tendance et on peut passer qu’avec une population beaucoup plus importante, on aurait cette tendance encore plus marquée.

Encore une fois, c’est la loi des statistiques et on ne peut pas prévoir ces statistiques sur une population plus importante. Alors, à quoi consiste cette étude ? C’est une étude qui va mesurer la posture du corps, notamment la colonne vertébrale, l’activation musculaire de certains muscles, et plus particulièrement les muscles trapèzes et les muscles qu’on appelle extenseurs de la colonne, et également le côté sensitif, le côté sensation, le côté ressenti de ceux qui portaient le sac, c’est-à-dire le score d’inconfort ou le score de confort, comme vous voulez, qui est un paramètre subjectif. On a mis ces étudiants avec un sac à trois niveaux différents. Haut niveau c’est-à-dire au niveau pratiquement du cou, c’est-à-dire légèrement e-dessous du cou. Un niveau au niveau de la colonne dorsale que l’on appelle la vertèbre T12. Et au niveau lombaire, c’est la vertèbre L3, comme vous pouvez le voir sur cette diapo. Et ensuite, on a analysé les différents paramètres que l’on vient de voir, c’est-à-dire la sollicitation musculaire, le ressenti du port du cartable et également quelques notions d’angulation par rapport à la colonne vertébrale.

Les Résultats sur le port du cartable

Les résultats que vous pouvez voir apparaître, je vais vous les commenter parce que c’est pas très évident à lire comme ça. Donc tout d’abord, vous avez au niveau, lorsque le cartable a été mis au niveau cervical, vous avez un petit triangle que vous pouvez voir ici. Donc tout ça c’est cervical. Quand c’est T12 c’est des petites croix et quand c’est au niveau des lombaires c’est des petits ronds. Donc je résume, petit losange, c’est au niveau cervical, la petite croix c’est au niveau dorsal et le petit rond, c’est au niveau L3. Alors qu’est-ce qu’on peut voir ?

Déjà, on peut voir que par rapport au bodyweight, c’est-à-dire au poids du corps, on a fait des essais sur un port de cartable qui représentait, la charge du cartable correspondait à, soit 5% du corps, 10% du corps ou 15% du corps.

Et on voit, quels que soient les paramètres étudiés, on voit que de toute façon à 15% du corps, on augmente l’ensemble des paramètres. Principalement, si on regarde la photo, le graphique en haut, à gauche c’est la flexion cervicale. On voit qu’à 15% de poids du corps du cartable on a, si l’on met le cartable haut, c’est-à-dire au niveau cervical, on a une grosse majoration de la friction du cou, ce qui peut entraîner des conséquences importantes au niveau du cou et provoquer ce qu’on appelle des cervicalgies, c’est-à-dire des douleurs au niveau cervical. Chose que l’on retrouve beaucoup moins marquée si l’on met le cartable au niveau dorsal ou au niveau lombaire. Si l’on regarde maintenant en haut, à droite l’activité musculaire, notamment au niveau des trapèzes, les trapèzes ce sont les muscles juste en-dessous du cou qui couvrent les épaules, on a, là aussi, une plus grande sollicitation au niveau cervical. Et on voit qu’au niveau thoracique, c’est-à-dire au niveau dorsal et au niveau lombaire, on a à peu près la même sollicitation. Le deuxième graphique en bas à droite, il analyse, lui, l’activité musculaire des extenseurs du dos et on voit que, là, on a pratiquement la même activité, que ce soit avec un cartable représentant 5% du corps soit 15% du corps, on voit qu’il n’y a pas beaucoup de modification.

Dernière diapo également que je vous montre, donc là aussi, c’est au niveau musculaire. On a, là aussi sur l’ensemble des muscles de la colonne vertébrale, on a une légère différence quand l’on passe de 10 à 15% du poids du corps au niveau de la charge avec, là aussi, une prépondérance au niveau lombaire puisque, dans cette activité-là, on mesure principalement les extenseurs de la colonne vertébrale. Un dernier petit truc, les petits pointillés que vous voyez sur chaque diapo, c’était le paramètre étudié lorsqu’il y a absence de port de cartable.

 

Conclusion

Alors par rapport à qu’est-ce que l’on peut conclure ? Déjà, les sujets qui avaient un ressenti le plus inconfortable, c’était lorsque les sacs à dos étaient portés au niveau lombaire, c’est-à-dire au niveau pratiquement des fesses. Et également, on avait un inconfort lorsque le sac était porté au niveau pratiquement cervicale, c’est-à-dire au niveau le plus haut. Et on a vu tout à l’heure que lorsque l’on portait le cartable au niveau le plus haut, c’est-à-dire pratiquement au niveau, juste légèrement en-dessous du cou, on avait là aussi une flexion de cou qui était importante et qui pouvait entraîner des cervicalgies sur le long terme. Ça, c’est au niveau du ressenti. On avait un petit peu dans ces diapos-là, la consommation énergétique musculaire avec les différents ports du sac à dos, soit au niveau bas, milieu ou cervicale et par rapport à cette étude, on peut conclure quelque chose d’important, pour une meilleure santé, des écoliers, on peut donc conclure, mais c’est bon aussi pour un sac à dos pour les randonnées, qu’il ne faudrait pas augmenter le port,  la charge du sac à dos au-delà de 15% du poids du corps, l’idéal étant 10% du poids du corps. C’est-à-dire que pour un enfant qui fait 40 kilos, il ne faudrait pas que le sac à dos soit supérieur, si l’on prend de 10%, à 4 kilos. Voilà une des conclusions de cette étude-là.

Deuxième pointage par rapport à cette étude. Il va être recommandé de porter, dans une position intermédiaire, le sac à dos c’est-à-dire au niveau du dos, c’est-à-dire au niveau de la bosse du dos, la bosse de Quasimodo. On a vu que si on positionnait au niveau cervical, on avait une flexion du cou qui était augmentée et qui pouvait entraîner des dégâts au niveau des cervicales. On a vu qu’au niveau lombaire on activait, de façon exponentielle, l’activité musculaire et un plus, je vous l’ai pas dit, mais on augmente la flexion au niveau sacré ce qui, là aussi, va avoir des conséquences néfastes sur la colonne vertébrale. L’idéal c’est de le mettre dans une position intermédiaire. Et c’est là où l’on va avoir le moins de dégâts au niveau du dos. Je récapitule. Deux choses à retenir. Un, positionnez avec un système de sangle et de serrage le sac à dos au niveau de la bosse du dos, au niveau dorsal. Et deuxièmement, évitez d’augmenter de plus de 15% du poids du corps, la charge dans le sac à dos. Je répète que pour les enfants ça serait beaucoup plus hygiénique d’arriver à un poids de 10%.

Je vous remercie et j’attends vos commentaires éventuellement ou vos questions si vous en avez. En vous remerciant.

A bientôt. Ciao, ciao.

Voir aussi: solutions pour le mal de dos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *